****

Editorial

Guest Editor

This Editorial is Available in both ENGLISH and FRENCH

ENGLISH

Overcoming challenges: the case of the young scientists in Africa
by
Joseph Allotey

Considerable progress has been made in the field of Science over the past thirty years. Development of Science and Technology is essential for advancement and welfare of any society. In this regard, young scientists in the world especially Africa should be encouraged to attain their full potential, not only in the area of research but more importantly in the dissemination of research findings to both the scientific community and the intended beneficiaries in terms of applied science. The need therefore for national, regional and international co-operation cannot be over emphasized. For example, the contemporary needs and opportunities to address Africa’s problems in the areas of health, agriculture and development are unprecedented. Every effort should be made to equip the young scientists in Africa with all the necessary weapons needed to sustain their interest, productivity and confidence, which will enable them to tackle scientific problems in the environment in which they live and work. Even as they embrace new technologies, there should also be revitalization of traditional knowledge, art and technology that will assist in bringing the much needed scientific and appropriate solutions to the numerous nutritional, agricultural and health problems we face in Africa today. As an illustration, the current food production is due in part to avoidable losses incurred during storage of food product. Tropical countries are not at the moment reaping the full benefits of increased agricultural production, because between harvest and use, considerable quantities of food are destroyed by insects, rodents, and microorganisms and it has been estimated that in sub-Saharan regions, losses of food grains at farm or village level can amount to 20 – 70%. Not much research has been done in this area and where some aspects of research have been undertaken to tackle the problem, the findings of the research have been ‘filed’ in a particular Institution under “archival studies section”. Yet we need to disseminate the information. It is, therefore, imperative that we inculcate in young scientists in Africa the essence of research findings, publication and information dissemination.

Presently, young scientists in Africa are facing a number of challenges, ranging from the quality of research supervision, scientific writing and access to earlier work done in a particular discipline on the continent. A number of suggestions have been put forward to ameliorate this situation. Recently, at the launch meeting of the Society of African Journal Editors (SAJE) in Nairobi, Kenya, it was observed that the need to strengthen scholarly publishing in Africa is imminent and that capacity-building activities geared towards improving the editorial and managerial skills of editors of African scholarly journals should include the training of young African scientists. It was noted at the workshop that the main challenges that hinder effective integration of young authors (scientists) in the main journal publication in Africa include:

(i) Finances to support the training of students (young scientists);

(ii) Responsibility and professional moral commitment lacking in the established scholars;

(iii) Gender imbalance in the whole area of publishing, among others.

Generally, students (young scientists) should be encouraged to publish alongside the experienced scholars (senior scientists). There should be no seclusion and where possible provision can be made for a section on student publication in international journals (e.g. as obtains in AJFAND). Mentoring should therefore be part and parcel of encouraging young African scientists (authors and scholars). Some of the challenges in capacity building for young scientists include:

(i) Environmental constraints;

(ii) Role models;

(iii) Professional and moral commitment (editors, reviewers, students, researchers and proceedings).

There are some institutions in Africa, where the awareness to galvanize resources to train young scientists can be cited. At the University of Botswana where I work, the Faculty of Science is striving to achieve excellence in teaching, research and service to the public at large, and faculty are encouraged to engage in research activities partly through undergraduate and postgraduate student projects, but mainly through staff research sponsored by the University Research Committee. Because of the inadequacy of research funding from government sources, some funding is also obtained from outside agencies and through consultancies. The research activities are further enriched by short-term visits of research staff from the University of Botswana to institutions in other countries and vice versa. The research results are published in both local and international journals but the primary objective of the Faculty is to work on local problems which could have some implications for national development. It is expected that closer links will be established with few industries. The plan is to identify research problems which could be studied for the mutual benefit of the parties concerned. Using research activities in my department (Biological Sciences), we normally include Masters students in our multidisciplinary research. This way we are able to train young scientists through close supervision and we also encourage them to write scientific articles based on their research and have them published before they graduate. I am happy to note here that some of these students have published in the student section of AJFAND. This normally gives these students a headstart in scholarly publishing. Thanks to the foresight and leadership of Hon. Prof. Ruth Oniang’o, the hard working and committed founder editor-in-chief of AJFAND. We need such leaders in Africa today. Two of the research projects through which we have trained a number of young scientists in the department include:

(i) Mophane worm research project. Activity: improving the production, harvesting, processing, storage, marketing and utilization of the mophane worm, Imbrasia belina.

Researchers: Mpuchane, S. (Food Microbiologist), Gashe, B.A. (Bacteriologist), Allotey, J. (Stored Product Entomologist), Teferra, G. (Nutritionist), Siame, B. A. (Biochemist), Simpanya F. (Mycologist), Collison, E. (Food Technologist) and Ditlhogo (Ecologists).

Funding: The Royal Norwegian Embassy (NORAD), Botswana (BWP 242,087.00).


(ii) Food safety research project. Activity: Prevalence of Salmonella in poultry and poultry processing plants in Gaborone, Botswana.

Researchers: Collison, E.K., Gashe, B.A. and Mpuchane, S.,

Funding: University of Botswana (BWP 22,000.00).

Other multi disciplinary research projects in the department, which are fully funded by internal and external agencies include: Microbiological and entomological studies on street foods, Street vended fish from dams, rivers, and lagoons in Botswana: A comprehensive entomological, Microbiological and toxicological investigation, Stored products: Insects and microorganisms associated with stored products, Urban Entomology Research Project: Monitoring of cockroaches in human dwellings and associated vector-borne pathogens, Quality deterioration of biltong due to microorganisms and insect pets, Microbiological, biochemical and entomological studies of peanut etc.

Young scientists trained in the above mentioned projects are encouraged to have their write-ups checked for style as well as thoughts and analytical process. When their write-ups are submitted to international journal like AJFAND, they are subjected to peer review for content. We normally encourage them to go through the “Information to Authors” provided on the AJFAND website (www.ajfand.net) before submitting their articles. We also encourage them to pay attention to referencing requirements. In my department we display students’ scholarly publications alongside those of their senior scientists, and you may as well imagine the euphoria and self confidence which these young scientists invoke among their peers. We believe that in this way we are training and encouraging the future scientists of Africa, to work in their environment, work in multidisciplinary teams, write and publish scientific articles in peer reviewed journals even before they graduate and to have exchange of visits to scientific laboratories outside their own institution. As an example, my jointly (with Dr. Siame) supervised Masters student Mohale from Lesotho, who completed his graduate studies last year (2004) has published in the student section of AJFAND. The title of his paper is “Environmentally friendly way of controlling stored product insect pests”. He also attended the combined workshop of the 4th Annual Fungal Genomics, 5th Annual Multi-crop Fumonisin, 17th Annual Multi-crop Elimination Workshops, October 25 – 28, 2004, Sacramento, California, USA. Mohale’s research was conducted under the Peanut CRSP Research Project (USAID Grant LAG- G- 96-90013-00), which is a collaborative research project between the department of Biological Sciences, University of Botswana and the University of Georgia, USA.

In the context of a young scientist working and being directed by senior scientists, it is easy to see why some might view this as valid for the benefit of a specific group of young scientists and for the professional benefit of the supervisor (senior scientist). From my experience, it is clear to me that encouraging young scientists to be professional, critical and reflective learners is a pre requisite for the development of a research-based cadre of scientists in Africa.

Finally, I would like to thank the Editor-in-Chief of this journal, Hon. Prof. Ruth Oniang’o, for the opportunity given to me to make contributions as an author, reviewer and editor of African Journal of Food, Agriculture, Nutrition and Development, and for the excellent work she is doing for the scientific community worldwide, and for Africa in particular.

Joseph Allotey
Email: alloteyj@mopipi.ub.bw

Back to top

FRENCH

Surmonter les défis: le cas des jeunes scientifiques d’Afrique

Des progrès considérables ont été réalisés dans le domaine des sciences au cours des trente dernières années. Le développement des sciences et de la technologie est essentiel pour l’ascension et le bien-être de toute société. A cet égard, les jeunes scientifiques du monde entier, particulièrement d’Afrique, méritent d’être encouragés à atteindre leur plein potentiel, non seulement dans le domaine de la recherche, mais encore davantage dans la diffusion des résultats des recherches aussi bien à l’endroit de la communauté scientifique qu’à l’endroit des bénéficiaires ciblés en termes des sciences appliquées. C’est pourquoi l’on ne pourra jamais souligner suffisamment l’importance de la coopération nationale, régionale et internationale. Par exemple, à l’heure actuelle les besoins et les possibilités de répondre aux problèmes auxquels l’Afrique est confrontée dans les domaines de la santé, de l’agriculture et du développement sont sans précédent. Il faudrait faire de grands efforts pour préparer les jeunes scientifiques d’Afrique avec les armes nécessaires pour sous-tendre leurs intérêts, leur productivité et leur confiance, qui leurs permettront de chercher des solutions aux problèmes scientifiques qui se posent dans l’environnement dans lequel ils vivent et travaillent. Même s’ils embrassent de nouvelles technologies, il faudrait redynamiser les connaissances traditionnelles, l’art et la technologie traditionnels, grâce auxquels ils trouveront ces solutions scientifiques et appropriées si attendues, solutions aux nombreux problèmes liés à la nutrition, à l’agriculture et à la santé auxquels les Africains font face aujourd’hui. En guise d’illustration, la situation actuelle de la production alimentaire est due en partie à des pertes inévitables encourues pendant la conservation des produits alimentaires. Pour le moment, les pays tropicaux ne récoltent pas les avantages d’une meilleure production agricole parce que, entre la récolte et l’utilisation, des quantités considérables d’aliments sont détruites par des insectes, des rongeurs et des microorganismes; en outre, il a été estimé que dans les pays de l’Afrique sub-saharienne les pertes des bénéfices alimentaires au niveau des champs ou du village peuvent s’élever à 20 – 70%. Très peu de recherches ont été faites dans ce domaine, et lorsque quelques aspects de recherche ont été entrepris pour résoudre ce problème, les conclusions des recherches ont été ‘classées’ dans une institution particulière dans la section réservée aux “études en archives”. Et pourtant, nous devons diffuser ces informations. Il est donc impératif que nous inculquions dans les jeunes scientifiques d’Afrique l’essence de la diffusion des conclusions des recherches, des publications et des informations.

A présent, les jeunes scientifiques d’Afrique font face à de nombreux défis tels que la qualité de la supervision des recherches, la rédaction scientifique et l’accès aux travaux accomplis antérieurement dans une discipline particulière sur le continent. De nombreuses suggestions ont été formulées en vue d’améliorer cette situation. Dernièrement, lors d’une réunion-déjeuner de l’Association des Rédacteurs de Journaux Africains à Nairobi au Kenya, il a été observé que la nécessité de renforcer la publication d’œuvres académiques en Afrique est imminente et que les activités de renforcement des capacités visant à améliorer les compétences en rédaction et en gestion chez les rédacteurs de journaux africains devraient inclure la formation des jeunes scientifiques africains. Il a été noté lors de cette réunion que les principaux défis qui entravent une intégration efficace de jeunes auteurs (scientifiques) dans la publication de journaux en Afrique sont notamment les suivants:

(i) Les moyens financiers pour appuyer la formation des étudiants (jeunes scientifiques);

(ii) Le manque de responsabilité et d’engagement professionnel et moral chez les étudiants en place;

(iii) Le déséquilibre entre hommes et femmes dans l’ensemble du domaine de la publication, etc.

En général, les étudiants (jeunes scientifiques) devraient être encouragés à publier en collégialité avec des chercheurs expérimentés (des scientifiques supérieurs). Il ne devrait pas y avoir d’isolement, et, si possible, il faudrait prévoir une section réservée à la publication d’étudiants dans les journaux internationaux (par exemple à l’instar d’AJFAND). Le mentoring devrait donc faire partie intégrante des moyens d’encourager de jeunes scientifiques africains (auteurs et étudiants). Certains des défis qui se présentent en matière de renforcement des capacités des jeunes scientifiques sont notamment les suivants:

(i) Les contraintes liées à l’environnement;

(ii) Les modèles de rôles;

(iii) L’engagement professionnel et moral (rédacteurs, réviseurs, étudiants, chercheurs et rapporteurs).

Il existe des institutions en Afrique dans lesquelles il convient de citer la prise de conscience pour galvaniser les ressources nécessaires pour former les jeunes scientifiques. A l’Université de Botswana où je travaille, la Faculté des sciences s’attelle à atteindre l’excellence dans l’enseignement, la recherche et la prestation des services au public au sens large, et les facultés sont encouragées à s’engager dans des activités de recherche en partie par le biais de projets d’étudiants du premier et du deuxième cycles, mais principalement à travers la recherche effectuée par le personnel grâce à l’appui financier du Comité de recherche universitaire. Etant donné que le financement octroyé par des sources gouvernementales pour la recherche est insuffisant, quelques fonds proviennent également d’agences extérieures et de travaux de consultants. Les activités de recherche sont davantage enrichies par des visites de courte durée effectuées par des membres du personnel de l’Université de Botswana impliqués dans la recherche, et ces visites ciblent des institutions d’autres pays et vice versa. Les résultats des recherches sont publiés dans des journaux tant locaux qu’internationaux mais l’objectif primordial de la Faculté est de chercher des solutions aux problèmes qui se posent au niveau local et qui pourraient avoir des implications sur le développement national. Il est attendu que des relations plus étroites seront établies avec quelques industries. Le plan est d’identifier les problèmes liés à la recherche que l’on peut étudier pour le bien mutuel des parties concernées. En utilisant les activités de recherche dans mon département (Sciences Biologiques), nous impliquons habituellement les étudiants en Maîtrise dans nos recherches multidisciplinaires. De cette manière, nous sommes en mesure de former de jeunes scientifiques en les supervisant étroitement et en les encourageant à rédiger des articles scientifiques basés sur leurs recherches et à les faire publier avant de terminer les études. Je me réjouis de faire remarquer ici que certains de ces étudiants ont publié dans la section d’AJFAND réservée aux étudiants. Ceci donne normalement à ces étudiants une longueur d'avance sur les publications estudiantines, grâce à la prévoyance et au leadership de l’Hon. Prof. Ruth Oniang’o, la fondatrice rédactrice-en-chef AJFAND, travailleuse zélée et engagée. Il nous faut des leaders comme elle en Afrique aujourd’hui. Deux des projets de recherche à travers lesquels nous avons formé un bon nombre de jeunes scientifiques au sein de notre département sont notamment:

(i) Le projet de Recherche sur le ver Mophane. Les activités sont l’amélioration de la production, la récolte, le traitement, la conservation, la commercialisation et l’utilisation du ver mophane, Imbrasia belina.

Chercheurs: Mpuchane, S. (microbiologiste en nutrition), Gashe, B.A. (bactériologiste), Allotey, J. (entomologiste des produits conservés), Teferra, G. (nutritionniste), Siame, B. A. (biochimiste), Simpanya F. (mycologue), Collison, E. (Technologiste en nutrition) et Ditlhogo (écologiste).

Financement: L’Ambassade du Royaume de Norvège (NORAD), Botswana (BWP 242,087.00).


(ii) Un projet de Recherche sur la sécurité alimentaire. Activités: Prévalence de Salmonella dans la volaille et dans les usines de traitement de produits de volaille à Gaborone, Botswana.
Chercheurs: Collison, E.K., Gashe, B.A. et Mpuchane, S.,
Financement: Université de Botswana (BWP 22,000.00).

D’autres projets de recherches multidisciplinaires au sein du département, qui sont entièrement financés par des agences intérieures et extérieures, sont les suivants:
- Des études microbiologiques et entomologiques sur les aliments de rue, les poissons vendus dans les rues en provenance de barrages, de rivières, et de lagunes au Botswana: une enquête globale entomologique, microbiologique et toxicologique;
- Des produits conservés: Insectes et micro-organismes associés aux produits conservés;
- Projet de recherche entomologique en milieu urbain: Contrôle des cafards dans les habitations humaines et des pathogènes nés de vecteurs y associés,
- Détérioration de la qualité des biltong à cause des microorganismes et des insectes parasites,
- Des études microbiologiques, biochimiques et entomologiques des arachides, et d’autres.

Les jeunes scientifiques formés dans les projets susmentionnés sont encouragés à faire vérifier le style utilisé dans leurs textes, de même que les idées et la procédure analytique. Lorsque leurs textes sont transmis à un journal international tel qu’AJFAND, ils sont soumis à une révision par leurs pairs au niveau du contenu. Habituellement, nous les encourageons à lire les “Informations aux Auteurs contributeurs ” qui figurent sur le site web d’AJFAND (www.ajfand.net) avant de soumettre leurs articles. Nous les encourageons également à faire attention aux références exigées. Dans mon département, nous exposons les publications des étudiants avec celles des scientifiques supérieurs; vous pouvez alors vous imaginer l’euphorie et la confiance en soi que ces jeunes scientifiques relatent au sein de leurs pairs. Nous pensons que de cette manière nous sommes en train de former et d’encourager les futurs scientifiques d’Afrique à travailler dans leur environnement, à travailler dans des équipes multidisciplinaires, à écrire et publier des articles scientifiques dans des journaux revus par des pairs même avant qu’ils ne terminent les études et à organiser des échanges de visites dans des laboratoires scientifiques en dehors de leur propre institution. En guise d’exemple, l’étudiant en Maîtrise que je supervise conjointement avec Dr. Siame, Mohale de Lesotho, qui a terminé ses études l’année dernière (en 2004), a publié dans la section d’AJFAND réservée aux étudiants. Le titre de son article est “Un moyen de contrôler les insectes parasites dans des produits conservés, sans nuire à l’environnement”. Il a également participé à l’atelier combiné de la 4ème Génomique fongique annuelle, à la 5ème Fumonisine annuelle sur la multi-culture, au 17ème atelier annuel sur l’Elimination des multi-cultures, 25 – 28 octobre 2004, Sacramento, Californie, Etats-Unis d’Amérique. La recherche de Mohale a été menée dans le cadre du projet de Recherche sur les Arachides de CRSP (subvention de l’USAID LAG- G- 96-90013-00), qui est un projet de recherche conjointe entre le département des Sciences Biologiques de l’Université de Botswana et l’Université de Georgia, Etats-Unis d’Amérique.

Dans le cadre d’un jeune scientifique qui travaille et qui est dirigé par des scientifiques supérieurs, il est facile de voir pourquoi certains de ces jeunes pourraient percevoir ceci comme valide pour le bien d’un groupe spécifique de jeunes scientifiques et pour l’avantage professionnel du superviseur (du scientifique supérieur). De par mon expérience, il est clair qu’encourager les jeunes scientifiques à être des apprenants professionnels, critiques et réfléchis est un préalable pour le développement d’un cadre de scientifiques d’Afrique ayant ses bases dans la recherche.

En fin, je voudrais remercier la Rédactrice-en-Chef de ce journal, l’Hon. Prof. Ruth Oniang’o, pour l’occasion qu’elle m’a donnée d’apporter une contribution en tant qu’auteur, réviseur et éditeur du Journal Africain pour l’Alimentation, l’Agriculture, la Nutrition et le Développement. Je la félicite également pour l’excellent travail qu’elle accomplit pour la communauté scientifique du monde entier, et pour l’Afrique en particulier.

Joseph Allotey
Email: alloteyj@mopipi.ub.bw

Back to top